Piégée

lundi 23 juillet 2012
par  The Mocking Bird

Haywire. (2011) Film d’action/espionnage américain de Steven Soderbergh, avec Gina Carano, Michael Fassbender, Ewan McGregor, Michael Douglas, Antonio Banderas, Mathieu Kassovitz et Channing Tatum.

Mallory Kane est une jeune agent secret très douée, travaillant pour une entreprise privée employée par le gouvernement américain. A la suite d’une mission à Barcelone où elle a participé au sauvetage d’un otage chinois, elle est envoyée à Dublin pour une mission qui se trouve être un traquenard. Trahie, Mallory parvient à échapper à ses assaillants, et est bien décidée à faire payer au prix fort ceux qui l’ont piégée.

JPEG - 156.9 ko

Steven Soderbergh aura tout essayer. Du film arty le plus pointu au blockbuster à paillettes. Aujourd’hui (en fait, plutôt hier, le film est sorti il y a plus d’un an aux Etats-Unis) il s’essaie donc au film d’action et d’espionnage, et le cuisine à sa propre sauce.
Bien sûr, Soderbergh ne fait rien comme tout le monde. Alors en vedette de son film, il choisit une inconnue, Gina Carano, championne d’arts martiaux, pour incarner sa Jason Bourne féminine. Et il l’entoure d’une pléiade de stars internationales. Si elle ne démérite pas face aux pointures dans un rôle de tueuse renfermée mais attachante, c’est évidemment dans les scènes de combat que Gina Carano fait la différence. Réalisant toutes les scènes d’action elle-même, elle leur offre une réelle authenticité, efficace, et sans chichis.

JPEG - 218.2 ko

On ne mentira pas, Piégée n’est sans doute pas le meilleur film de Steven Soderbergh. Il n’en reste pas moins réussi, le réalisateur sachant ajouter sa "patte" si caractéristique au genre parfaitement balisé des films d’espionnage. Ménageant le suspense, distillant quelques traits d’humour, jouant des couleurs et des effets de caméra, il n’oublie pas qu’il fait avant tout du cinéma. Servi par un casting irréprochable (même si le styliste a des gouts capillaires discutables), et une musique légère de David Holmes (on retrouve des accents à la Ocean’s trilogy, dont il avait déjà signé la bande-originale), Soderbergh nous offre un film d’action à la fois classique et étonnamment arty. Comme quoi, ces deux mondes ne sont pas forcément incompatibles.

Et puis il faut le dire, cela fait plaisir de voir une fille qui bastonne sec. Et ils dérouillent les mecs ! ;-)


Commentaires